La façade de l'abbatiale Saint Vincent de Nieul

Rattachée pendant le Moyen-âge à la province du Poitou, l’abbatiale de Nieul présente une façade richement décorée, caractéristique de l'art roman bas-poitevin. Partez à sa découverte !
Façade de l'abbatiale Saint Vincent de Nieul

Au premier niveau, on découvre tout d'abord trois portails, dont deux sont aveugles, particularité des églises du Bas-Poitou. Le portail central, entrée principal de l'église abbatiale, comporte quatre voussures, arcs cintrés qui font de l’église de Nieul une église de moyenne importance. 

Elles reposent sur des chapiteaux qui nous présentent de manière imagée les 7 pêchés capitaux et permettaient aux villageois du Moyen-Age, souvent illettrés, de connaître les scènes de la Bible et de différencier le bien du mal.  

Au second niveau, la façade se démarque par sa mosaïque de pierres géométriques qui rappellent un filet de pêche ou des écailles de poissons. Il s'agit là d'une empreinte orientale, que l'on doit au passage des Maures dans notre contrée au début du Moyen-Age. 

Les chapiteaux de la fenêtre centrale représentent à gauche des chats, symboles de la nuit, et des basilics symboles du mal, tandis qu'à droite, la lutte de l’homme avec la bête et le combat de l’aigle avec le lion font rage. La puissance céleste affronte la puissance terrestre. 

La fenêtre centrale est entourée de deux autres fenêtres comportant des chapiteaux qui mettent en scène la floraison et des singes empêtrés dans des lianes. 

En hauteur, l'église ne comportait au départ qu'un simple fronton triangulaire. Puis, au XIVe siècle, on a ajouté au clocher deux grandes flèches gothiques. Endommagé pendant les Guerres de Religion, le clocher de l'abbatiale Saint-Vincent ne sera reconstruit qu'au XIXe siècle. Aujourd'hui, deux clochetons l’entourent : c'est ici que l'on trouve l'escalier menant au clocher et l’horloge, qui date de 1870.